Identifiez-vous

Quel ancre choisir pour réussir son mouillage

Quel ancre choisir pour réussir son mouillage

L’ancre est un élément de sécurité indispensable, qu’on pratique le mouillage ou non, et qui ne se choisit pas qu’en fonction de son poids. Aujourd’hui, différentes formes sont proposées afin de s’adapter aux divers types de fonds. L’ancre universelle n’existe pas et ainsi chacun doit pouvoir se renseigner dans le but d’acquérir l’ancre à bateau qu’il lui faut. Selon vos habitudes de navigation et d’embarcation, il faut pouvoir choisir une ancre qui vous tient au mouillage.

L’ancre charrue, un modèle imposant très sécurisé

C’est une ancre utilisable pour les mouillages classiques autant que ceux d’urgence. Conçue pour s’enfouir dans le sable, elle se positionne sur le côté lorsqu’elle atteint le sol, sa pointe s’y enfonce en effet lorsqu’il y a traction sur la ligne de mouillage. Et quand cette traction est trop importante, l’ancre charrue va aller chasser sans se décrocher en labourant le sol avant de reprendre une position normale quand la traction le permettra. On rencontre ce type d’ancre sous différentes formes géométriques, et on remarque que plus la surface est importante, et non pas simplement le poids, mieux la tenue est. Pour certaines ancres charrues, leur efficacité se marquent en particulier en fonction de la longueur du mouillage : un mouillage long signifie une ancre qui s’enfoncera de plus en plus, dont l’angle de tir sera considérablement réduit et qui maintiendra ainsi de mieux en mieux votre bateau. D’autres sont spécialement conçues pour se replanter plus facilement si elles se décrochent. Chaque variante a ses propriétés afin d’obtenir la tenue qui vous correspond.

L’ancre plate, parfaite pour les petites embarcations

L’ancre plate, quant à elle, est une ancre qui se caractérise par sa surface. Elle possède une double plaque à l’arrière et deux larges pelles plates articulées qui vont lui permettent de s’accrocher au fond en s’enfonçant dans le sable. Elle est d’une bonne résistance, simple d’utilisation et correspond plutôt aux mouillages occasionnels mais pour des fonds ou le sable est fin ou vaseux seulement, en effet, elle se révèle inefficace sur les sols couverts d’algues et de rochers. Cependant, c’est une ancre qui peut plus facilement se décrocher en cas de courant et qui ne se replante pas dans ces cas-là mais flotte au fond de l’eau grâce à ses pelles. Lorsqu’elle ne se décroche pas, elle a tendance à se mettre sur le côté et à ne tenir que sur une pelle. Pour de petites embarcations, elle sera cependant largement suffisante et très facile à ranger puisqu’il est possible de la mettre à plat.

L’ancre grappin, une ancre pour les mouillages en annexe

Les ancres grappin sont au contraire idéales pour les fonds remplis d’algues, que ce soit pour de la pêche ou des mouillages en annexe. Elle a l’avantage d’être simple à stocker puisqu’elle se replie, et elle se plante dans le sable très facilement grâce à sa forme spécifique qui lui permet de s’enfoncer peu importe sa position. Elle est assez légère et convient plus aux petits bateaux. La seule chose par rapport à laquelle il faut être prudent quand on l’utilise est de ne pas la coincer dans un rocher ou autre, cela pourrait la rendre assez difficile à décoincer.

L’ancre à pelle concave

Cette ancre révèle son efficacité par sa verge creuse et une pointe qui contient 50% du poids total. Elle fonctionne à l’opposé de la charrue, c’est-à-dire qu’elle creuse dans le sable en l’écartant afin de s’y enfouir grâce à ses pelles concaves. Elle s’enfonce très rapidement dans le sol et à l’avantage de très peu bouger. S’il arrive qu’elle dérape, elle se repositionne pointe vers l’avant.

L’ancre flottante, idéale pour ralentir et contrôler les mouvements d’un bateau

Pour finir, l’ancre flottante est une ancre qui n’est pas faite pour immobiliser le bateau mais plus pour le stabiliser lors de mauvais temps ou encore lors d’un mouillage trop tumultueux. De cette manière, elle est présente pour limiter la dérive et faciliter la direction du bateau en le stabilisant grâce à son poids vers l’arrière. Elle est faite comme un parachute, freine le bateau et lui permet de maintenir l’allure en étant accroché à celui-ci par une longue ligne.

Votre ancre doit en somme être adaptée aux fonds sur lesquels vous avez l’habitude de naviguer, comme elle doit concorder avec la taille de votre bateau. Vous devez faire attention aux matériaux qui la composent, son poids, sa surface, sa forme,… Pensez à votre mouillage secondaire : votre ancre principale ne sera jamais adaptée à tous les types de fonds, c’est pourquoi une seconde ancre qui répond aux propriétés que ne possèdent pas la première est plus qu’utile.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *